logo Market Audit

Voir loin, Viser juste

Les échelles

Étape primordiale dans l’élaboration du questionnaire, les échelles sont destinées à aider l’interviewé à traduire ses attitudes et opinions en lui fournissant un support d’expression sur lequel sera codée “la position” qui reflète le mieux ses sentiments.

Trois paramètres essentiels permettent d’évaluer la qualité d’une échelle :

1. La fiabilité ou fidélité

  • Si on mesure un phénomène plusieurs fois avec le même instrument, on doit obtenir le même résultat (sur un même échantillon à un même moment T).

2. La sensibilité

  • Une bonne échelle doit être capable d’enregistrer des variations assez fines du phénomène mesuré ; de donner la possibilité à l’interviewé d’exprimer son opinion de manière différenciée.

3. La facilité de réponse

  • L’interviewé doit pouvoir répondre clairement et spontanément à la question posée.

On distingue 4 Catégories d’échelle

Les échelles verbales ou sémantiques :

Elles sont repérées par des mots :

    • Échelle de Likert (Tout à fait/Assez/Peu/Pas du tout). Elle est facile à comprendre, à administrer et peu sensible au mode de recueil.
    • Échelle de Juster (cf fiche Échelle de Juster).
    • Échelle d’Osgood (ou différentielle sémantique) : les items opposés sont clairement exprimés sans valeur positive ou négative (ex. : Plutôt pour les jeunes/Plutôt pour les adultes).

Les échelles numériques :

L’opinion de l’interviewé est exprimée au travers d’une note (ex. : de 0 à 10 ou de 1 à 5). Elles offrent une excellente compréhension par référence à l’environnement scolaire et ne possèdent pas de position intermédiaire induite.

Les échelles visuelles :

L’interviewé réagit sur une couleur ou une image :

    • Échelle Smile.
    • Échelle colorée (cf fiche Échelle colorée).
      Ces échelles sont très ludiques, jugulent l’effet de halo et permettent plus facilement l’expression d’un désaccord. Elles sont très souvent utilisées sur les cibles Enfants.

Les échelles mixtes :

Les extrêmes et/ou la position centrale sont ancrés verbalement tandis que les catégories intermédiaires le sont par des chiffres voire des visuels