logo Market Audit

Voir loin, Viser juste

Benchmarking

Définition

Vient du terme Benchmark, emprunté au monde des géomètres, qui désigne un repère servant de point de référence pour des comparaisons de direction et d’élévation.

Cette méthode est basée sur le partage du savoir-faire, partage dont le cadre est défini au départ par un code de conduite, un accord préalable (ex : confidentialité des renseignements fournis) et un engagement de réciprocité.

Concrètement, une entreprise ouvre ses portes à une autre, lui fait visiter les installations, rencontrer les responsables, … selon les renseignements recherchés.
On dépasse ici les indicateurs de performance globale (bénéfice, autofinancement,…) pour s’intéresser aux processus de fabrication, logistique, gestion réclamations client,… le champ est illimité, tous les services peuvent être passés au crible.

Les différentes sortes de Benchmarking

  • Le Benchmarking interne

Echange de savoir-faire entre filiales d’une même société ou entre services performants. Les meilleures filiales accueillent les responsables des autres filiales. Cette méthode est très connue en France.

  • Le Benchmarking externe

Echange de savoir-faire entre 2 sociétés, du même secteur d’activité ou non. Cette méthode est encore confrontée en France à un frein à l’ouverture des entreprises même entre secteurs différents. La collecte des données étant difficile, la méthode la plus utilisée reste donc l’analyse des produits concurrents : l’étiquetage d’un produit peut en effet révéler la méthode de gestion des stocks, les procédures de retours produits ou met en avant un concept novateur.

On peut également distinguer :

  • Le Benchmarking vertical : se mettre dans la peau de son concurrent et jouer son rôle virtuel, anticiper ses actions
  • Le Benchmarking horizontal : se comparer sur un critère à tous les autres pour se rapprocher du concurrent le plus performant

Les avantages du Benchmarking

Les entreprises et leurs employés connaissent généralement des difficultés à accepter les changements d’organisation, de méthodes de travail …

La proposition de solutions inspirées d’une expérience en Benchmarking gagne en légitimité car leur efficacité est prouvée.
C’est la méthode du management par la preuve, de la force de l’exemple.

Limites

Il n’existe pas de recettes toutes faites puisque :
• La méthode doit être transposée dans l’entreprise tout en prenant en compte la culture de l’entreprise, sa stratégie, son organisation.
• Toutes les méthodes ne sont pas adaptables à l’entreprise en question.
• Il n’est pas certain que la méthode apporte un réel plus en rentabilité compte tenu de toutes les modifications qu’elle implique au sein de l’entreprise.
• Les changements envisagés ne sont pas toujours intéressants en termes de bénéfices pour le consommateur.
• L’entreprise n’est peut-être pas prête à accepter de tels changements à ce moment précis de son existence. Il ne faut pas que ce soit prématuré par rapport à sa situation actuelle.

Sur le plan juridique

Les observations sont longtemps restées limitées par le champ concurrentiel. Pourtant, Benchmarking ne signifie pas copier les concurrents pour mieux les combattre. Le cadre juridique d’exercice de cette méthode est très précis.
Le Benchmarking suppose une coopération spontanée et un accord entre les 2 sociétés.